La pêche aux engins et filets sur les rivières Lot & Dordogne

Actualités

 

Changement de cap

Assemblée générale de l’ADAPAEF 46

L’assemblée générale s’est terminée vers 13h autour d’un pot de l’amitié… a été servi ensuite un repas en toute convivialité

 

 

 

L’assemblée générale de de l’Association Départementale Agréée des Pêcheurs Amateurs aux Engins et aux Filets (ADAPAEF 46) s’est déroulée le 24 novembre dernier à Soulomes. Pour sa première assemblée générale, le Président Jean Jacques RANOUIL a proposé un discours fort empreint d’une attitude pédagogique évidente. Devant un auditoire d’une soixantaine de pêcheurs passionnés, il a proposé une nouvelle stratégie de fonctionnement tant interne qu’externe et il a fixé trois objectifs. Rendre l’ADAPAEF 46 plus forte en se basant sur une unité et une solidarité interne, dans le respect des lois et règlements qui l’encadrent…à ce titre, il a proposé à tous les pêcheurs de se retrouver sous la bannière « Ensemble pour un avenir commun ». Ne pas perdre une miette de nos modes ou procédés de pêche autorisés…à ce titre il a demandé une grande vigilance et il s’est réjoui d’avoir retrouvé les « 4 lignes et les balances » dans la liste actuelle des modes de pêche autorisés. Et enfin mieux communiquer en interne et en externe. Il a soumis à l’auditoire un certain nombre de mesures qui permettront notamment d’assoir la cohésion interne de l’association mais aussi de lui permettre de se  tourner vers le monde extérieur, vers les jeunes et vers le monde halieutique en particulier, surtout vers les associations de pêche à la ligne (AAPPMA).

Les remerciements

A noter qu’en 2019, tous les pêcheurs amateurs aux engins et aux filets adhéreront à une AAPPMA. Cette adhésion sera comprise dans le prix de la licence, sans coût supplémentaire. Cette adhésion aura pour conséquence de voir naître des échanges entre pêcheurs à l’occasion des assemblées générales des AAPPMA notamment… Il a enfin insisté (pour avoir un avenir serein) sur l’absolue nécessité de travailler en commun, en concertation étroite avec la Fédération départementale de pêche et la Direction départementale des territoires. Il a remercié vivement le Président de la Fédération départementale de pêche, monsieur Patrick RUFFIE et son Directeur pour toute l’aide qu’ils apportent à L’ADAPAEF 46. Il a remercié EPIDOR et son Directeur ; Monsieur le Préfet et par délégation la Direction départementale des territoires, et plus particulièrement le Chef de son service environnement, monsieur Didier RENAULT.

Changement...

Du changement à la tête de l’ADAPAEF 46 (l’Association Départementale Agréée des Pêcheurs Amateurs aux Engins et aux Filets)…

Jean Jacques RANOUIL, l’ancien responsable de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, bien connu sur le département pour avoir œuvré longtemps en matière d’Environnement au côté de toutes les instances départementales, prend les rênes de l’ADAPAEF 46. Il succède ainsi à Jean Charles BASSET qui n’a pas souhaité terminer son mandat. 
Jean Jacques RANOUIL a été élu à l’unanimité le 6 juillet dernier à l’occasion d’un conseil d’administration dédié à cet effet. Il attend désormais l’agrément du Préfet pour pouvoir œuvrer légitimement en faveur des pêches locales, ancestrales et patrimoniales.

Voici ses propos, recueillis après sa nomination :

« Je veux remercier tous mes prédécesseurs, notamment Jean Charles Basset, pour avoir travaillé positivement à faire évoluer l’ADAPAEF 46 comme elle est aujourd’hui…le travail était immense, il reste important. Une page est tournée et il faut maintenant se projeter vers l’avenir avec envie. Il faut avancer... Pour avancer il faudra donner plus de cohésion et de force à l’ADAPAEF 46  en gommant autant que faire se peut les inimitiés d’antan entre les deux rivières…les deux rivières ont chacune leurs spécificités humaines et environnementales…je garantirai et j’entendrai toujours ces spécificités particulières, mais j’essaierai dans un élan partagé de faire en sorte que chacun s’y retrouve dans un avenir gagnant-gagnant au sein d’une ADAPAEF forte.

L’heure n’est plus à légitimer nos pêches traditionnelles…nos pêches locales et ancestrales sont légitimes…

En effet, faut-il le rappeler, la représentation de l’Etat a reconnu la fédération nationale des associations départementales agréées de pêcheurs amateurs aux engins et aux filets comme Etablissement d’utilité publique depuis le 5 janvier 2004…

EPIDOR (Etablissement public territorial du Bassin de la Dordogne) indique, je cite :   «…la pêche aux engins participe à l’identité culturelle du territoire. Les différentes techniques de pêche pratiquées aujourd’hui, étant souvent des héritages de techniques traditionnelles qui se sont transmises de génération en génération. »…Le bassin de la Dordogne est un site inscrit au réseau mondial des réserves de biosphère de l’UNESCO depuis 2012 et comme tous les sites inscrits la réserve de biosphère du bassin de la Dordogne se donne, selon elle,  pour objectif de parvenir à un équilibre durable entre développement économique, conservation de la biodiversité et sauvegarde des valeurs culturelles associées au territoire. Selon elle, le maintien des activités traditionnelles qui s’exercent en équilibre avec la rivière et les milieux aquatiques, telles que la pratique de la pêche aux engins, représente ainsi un objectif important pour EPIDOR, structure porteuse de la réserve de biosphère du bassin de la Dordogne…

Aussi, s’il n’est plus l’heure de légitimer nos pêches traditionnelles, il est important à l’avenir de rendre nos pêches plus connues, notre site internet nouvellement créé devrait nous aider largement à le faire. Il est en effet important de nous ouvrir vers un large public halieutique, mais pas seulement. Il est l’heure de travailler en étroite collaboration avec la fédération départementale de pêche dans un intérêt commun, je souhaite m’appuyer au maximum sur elle pour avancer. Il est l’heure de donner une cohésion pleine et entière à l’ADAPAEF 46 et de penser aux jeunes pêcheurs qui assureront notre avenir…et rien ne se fera sans un travail en commun, constant et constructif avec la Direction Départementale des Territoires.

J’ai une grande confiance en  notre avenir. Je souhaite faire partager cette confiance au plus grand nombre.  ».

PROCÉDÉS ET MODES DE PÊCHE AUTORISÉS

pour un détenteur de licence qui adhère à une AAPPMA.
 C’est le cas de tous les pêcheurs amateurs aux engins et aux filets du département à partir de 2019.

Sont autorisés:

1) Pêche à la ligne dans les eaux de 2° et de 1° catégorie de l’ensemble du département (cours d’eau domaniaux ou non, canaux et plans d’eau) :

  • 1-1) Dans les eaux de 2° catégorie, le nombre de lignes autorisées par pêcheur est limité à quatre lignes montées sur cannes et équipées de deux hamecçons au plus ou de trois mouches artificielles au plus. La pêche au moyen de la vermée est autorisée ainsi que la balance à écrevisses avec un maximum de six balances par pêcheur.
  • 1-2) Dans les eaux de 1° catégorie exceptés les plans d'eau, les pêcheurs ne peuvent utiliser qu'une seule ligne montée sur canne munie de deux hameçons au plus ou de trois mouches artificielles au plus, la vermée et six balances à écrevisses maximum.
  • 1-3) Dans tous les plans d'eau de 1° catégorie, les pêcheurs peuvent utiliser deux lignes montées sur canne et munies de deux hameçons au plus ou de trois mouches artificielles au plus, la vermée et six balances à écrevisses maximum.

2) Pêche aux engins et aux filets dans les cours d'eau domaniaux (rivières Dordogne et Lot seulement), seulement sur les biefs ou lots autorisés par la licence et selon les conditions ci dessous :

  • 2-1) Licences Filets sur la Dordogne et sur le Lot:
    * filets de type “araignée” ou "tramail” d'une longueur cumulée maximum de 60 m (mailles de moins de 40 mm interdites) ou un filet-épuisette de type coul, muni d'un manche, de 1,50 m de diamètre maximum ( mailles de moins de 40 mm interdites) ;
    * lignes de fond munies pour l'ensemble d'un maximum de 18 hameçons ;
    * nasses à poissons blancs: l'utilisation des nasses est limitée au nombre de 3. Il s'agit de nasses à mailles de 27 mm ;
    * nasses de type anguillère à mailles de 10 mm, bosselles à anguilles ou nasses à lamproie ou bourgnes, au nombre total de 3 au maximum. Le diamètre de l’orifice d’entrée non extensible de la deuxième chambre de capture de ces engins ne doit pas excéder 40 mm ;
    * quatre lignes montées sur cannes et équipées de deux hamecçons au plus ou de trois mouches artificielles au plus;
    * balance à écrevisses avec un maximum de six balances par pêcheur;
    * épervier bâtard (expérimentation), maille minimale de 10 mm et maximale de 40 mm, hauteur de 3m, diamètre maximal de 8 m ; un seul autorisé par binôme « maître/élève », aux lieux et dates definis (Voir le paragraphe sur l’expérimentation épervier un peu plus bas.). 2-2) Licences Cordes et nasses sur la Dordogne et sur le Lot :
    * lignes de fond munies pour l’ensemble d’un maximum de 18 hameçons ;
    * nasses à poissons blancs : l'utilisation des nasses est limitée au nombre de 3. Il s'agit de nasses à mailles de 27 mm ;
    * nasses de type anguillère à mailles de 10 mm, bosselles à anguilles ou nasses à lamproie ou bourgnes, au nombre total de 3 au maximum. Le diamètre de l’orifice d‘entrée non extensible de la deuxième chambre de capture de ces engins ne doit pas excéder 40 mm ;
    * quatre lignes montées sur cannes et équipées de deux hamecçons au plus ou de trois mouches artificielles au plus; * balance à écrevisses avec un maximum de six balances par pêcheur;
    * épervier bâtard (expérimentation), maille minimale de 10 mm et maximale de 40 mm, hauteur de 3m, diamètre maximal de 8 m ; un seul autorisé par binôme « maître/élève », aux lieux et dates définis. L’expérimentation épervier, prévue à l’article II du cahier des clauses et des conditions particulières pour l’exploitation du droit de pêche de l’Etat sur le domaine public fluvial du 30 juin 2016, fera l’objet d’un rapport par rivière, établi par l’association des pêcheurs amateurs aux enginset filets concernée. Ce rapport précisera au moins, l’effort de pêche (nombre de jour, durée), les prises réalisées, la liste des « élèves » ayant bénéficié de l’expérimentation.

3) Dans tous les cours d'eau et plans d'eau de 1°° catégorie, l'emploi de la bouteille, de la carafe en verre et du baril pour la pêche des vairons et autres poissons servant d'amorces est interdit. Dans les cours d'eau de 2°" catégorie, l'emploi de la bouteille, de la carafe en verre et du baril, de contenance inférieure à 2 litres, pour la pêche des vairons et autres poissons servant d'amorces est autorisé.

4) Les filets et engins de toute nature, fixes ou mobiles, lignes de fond comprises, ne peuvent occuper plus des deux tiers de la largeur mouillée du cours d’eau dans les emplacements où ils sont utilisés. La longueur des filets mesurés à terre et développés en ligne droite ne peut dépasser les deux tiers de la largeur mouillée du cours d’eau (interdiction de disposer les filets en spirale). Ils ne peuvent, à l’exception des lignes dormantes, être employés simultanément sur la même rive ou sur deux rives opposées, même par des pêcheurs différents, que s’ils sont séparés par une distance égale à trois fois au moinsla longueur du plus long de ces filets ou engins. Sur la section de la rivière Lot ré-ouverte à la navigation de plaisance et aux loisirs nautiques, entre Soturac et Larnagol, et afin d'éviter tout conflit d'usage, les filets de pêche doivent être balisés avec des bouées de couleur jaune uniquement. L'utilisation de bouées de couleur rouge ou verte est strictement interdite. Chaque engin ou filet utilisé doit être identifié par une plaque en métal inaltérable comportant le numéro dela licence etla lettre A (Ex.mon numéro est AL 272). • DANS TOUS LES CAS D’INCERTITUDE, SE REFERER A L’ARRETE ANNUEL D’OUVERTURE ET DE FERMETURE DE LA PECHE EN EAU DOUCE DU DEPARTEMENT DU LOT.

Jean Jacques RANOUIL